Skip to Content
Minisite Projet participatif

Démolition Jan-Pallach

Regards d'habitants

Démolition Jan-Pallach
A Montceleux/Pont-Blanc, les 17 étages de la tour du 2 allée Jan-Palach vont s’effacer du paysage dans les prochaines semaines. Mais pas des mémoires…

Dix-sept étages qui s’effacent du paysage, mais des tonnes de souvenirs qui ne vont pas partir en fumée…

Les 17 étages, ce sont ceux du 2 allée Jan-Palach à Montceleux/Pont- Blanc, une des trois tours de la résidence Belle-Aurore édifiée au milieu des années 70 et dont la déconstruction, entamée en février dernier par une première opération de curagedésamiantage du bâtiment, va se poursuivre désormais jusqu’à la mi-octobre avec les opérations de démolition mécanique étage par étage pendant une période programmée de six semaines.

Les souvenirs à la pelle, ce sont ceux des habitants des 107 logements de la tour qui ne disparaîtront pas une fois que les opérations d’évacuation de déchets, de remblaiement et de nettoyage du terrain se seront achevées dans le courant du mois de décembre.

Car, sous l’impulsion d’un collectif d’associations du quartier et en partenariat avec la ville et le bailleur Batigère, un projet de conservation de la mémoire du 2 Jan-Palach a été mis en oeuvre depuis plusieurs mois.

Une renault 4L transformée en studio d'enregistrement ambulant est ainsi allée à la rencontre de tous ceux qui souhaitaient raconter leurs souvenirs liés à la tour et au quartier.

Laquelle 4L doit être customisée et repeinte aux couleurs d’une fresque estampillée « 3 tours Belle-Aurore ».

Rendez-vous le 8 octobre Une oeuvre picturale qui sera prolongée par une bande-dessinée racontant trois histoires du quartier.

Elle sera à découvrir le samedi 8 octobre au cours d’une journée festive organisée au sein de la résidence senior des Glycines, mais aussi aux abords de la tour déconstruite.

L’occasion également de replonger dans l’histoire de la construction du 2 Jan-Palach au travers d’un film d’une trentaine de minutes porté par les nombreux témoignages d’anciens habitants, mais aussi par des retraités, résidents des Glycines voisines.

« L’idée de ce moment festif, c’est vraiment que tout le monde se retrouve, anciens et nouveaux habitants du quartier, afin de faire vivre la mémoire de ce qui a été un morceau de vie des Sevranais », explique Frédéric Maison, le directeur de la vie des quartiers.

Bref, le 8 octobre est un rendezvous dont il faut d’ores et déjà se souvenir…

A vos zooms En attendant, si vous souhaitez être publié sur le site internet de Sevran, envoyez-nous vos photos et vidéos sur sevranlejournal@gmail.com