Skip to Content

Sports 29/12/2014

Ludovic Deston, un destin de combattant

Gardien du gymnase Victor-Hugo, ce « Sevranais de toujours » est aussi un formateur hors pair en jiu-jitsu brésilien et en grappling.

Ludovic Deston
Ludovic Deston
Ludovic Deston

Ludovic Deston enseigne les deux disciplines de combat au sein de son association, la Clef du KO.

Les Sevranais qui fréquentent le gymnase Victor-Hugo connaissent l’imposante carrure de Ludovic Deston, employé municipal depuis six ans et accessoirement maître des lieux à Victor-Hugo.

Et quand il n’y est pas, vous pouvez le trouver à Gaston -Bussière où il est l’un des enseignants, mais aussi le président de la Clef du KO, un club créé en 2003 spécialisé dans le grappling et le jiu-jitsu brésilien.

Deux disciplines de combat que résume facilement ce « Sevranais de toujours » : « Le jiu-jitsu brésilien, c’est du corps-à corps,un mélange de lutte et de judo. Le but c’est d’amener l’adversaire au sol afin de l’immobiliser ou de le soumettre avec des torsions articulaires ou des étranglements.

Et surtout, c’est un peu les échecs des sports de combat. Il faut être physique bien sûr, mais il y a aussi beaucoup de réflexion.

C’est pour ça que les petits gabarits peuvent maîtriser les gros. Pour ce qui est du grappling, à la différence du jiu-jitsu, il se pratique sans veste et pantalon, en short et tee-shirt. Sinon, c’est à peu près équivalent…»

Une rencontre décisive

Pour Ludovic, 33 ans aujourd’hui et ancien footballeur de l’US Sevran, tout a commencé ou presque en 2003 lorsqu’il croise la route à Aulnay-sous- Bois de son p r e m i e r pro fe s s e ur Hakim Aït O u a r e t .

« C’était un précurseur de ces arts martiaux dans le 93. Moi, il m’a m o n t r é les bases et après je me suis lancé en créant mon association. »

Plus de dix ans plus tard, la structure a bien poussé au point de compter une cinquantaine de membres, dont pas mal de pointures de la discipline. « Il y a Kamel Gherbi qui a participé aux championnats du monde de grappling fin novembre à Moscou, énumère Ludovic Deston. Farid Aboussi aussi qui a gagné deux gros tournois – le Naga – internationaux de grappling en 2012 et 2014. Et puis, il y en a aussi plein d’autres que je ne peux pas tous citer. De toute façon, au club, on forme un bloc où toutes les classes sociales se mélangent, du chef d’entreprise au lycéen, au chômeur jusqu’à l’employé. Sur le tapis, on ne fait pas de différence. Et moi, je ne suis pas tout seul. Il y a aussi Ali “le Général” et Alain Mandengué qui sont là pour m’aider. »

Suer et s’amuser…

Un cercle que Ludovic Deston aimerait encore agrandir : « A l’ avenir, on aimerait accueillir plus d’enfants et de femmes. Tout le monde est le bienvenu parce qu’on a un bon vivier à Sevran. Les petits champions poussent bien chez nous… » Sûrement aussi parce que la philosophie du sport de la Clef du KO est toute simple : « Chez nous, on ne se la joue pas maîtres comme dans d’autres arts martiaux. Nous ne sommes pas des Japonais. Nous, on est juste là pour suer et apprendre en s’amusant ! J’en profite pour saluer mes partenaires du CLS 93, et tout particulièrement Hassan et Rachid, avec qui nous travaillons régulièrement. »

 Sevran le journal / décembre 2014