Skip to Content

Actualités 03/03/2017

Portrait d'une danseuse étoile sevranaise

Christelle a cinq ans lorsqu’elle voit pour la première fois des danseuses faire les pointes à la télévision. Dès lors, elle n’a de cesse de vouloir elle aussi enfiler un joli tutu.

Après avoir été inscrite par sa mère au conservatoire, sa professeure, Elisabeth Fouata-Garay qui a très longtemps enseigné à Sevran, repère ses capacités. « A l’époque, nous étions encore dans une salle du parc en préfabriqué derrière la mairie », se souvient Christelle. « Je me souviens très bien du petit entretien au cours duquel elle m’a dit que j’avais un don naturel et qu’elle allait me faire travailler plus. J’ai été surprise et touchée. C’est un souvenir si vif que je me souviens même de l’odeur de la salle. Mais je n’ai pas imaginé où ça allait me mener. »

A 10 ans, elle est l’une des 1800 jeunes filles qui participent au concours de l’Opéra de Paris. Et fait partie des 19 sélectionnées. C’est le début d’une période difficile. « Nous étions en internat : école le matin et danse tout l’après-midi. Le rythme et la discipline étaient très durs. Je ne rentrais à la maison que du vendredi soir au dimanche soir. Et bénéficiais lors de ces courts week-ends de cours particuliers au conservatoire. » Sa pugnacité paye. 6 mois plus tard, elle est au nombre des 12 derniers « petits rats  » sélectionnés. Et le restera après chaque évaluation annuelle pendant les quatre années suivantes.

A 17 ans, Christelle entre à l’Opéra de Hamburg. «  J’aimais beaucoup le travail de son chorégraphe, John Neumeier. La beauté de ses ballets, le choix de ses musiques, de ses pas et de ses chorégraphies. » Elle y reste 5 ans. « Et puis j’ai eu envie de soleil et j’ai postulé à la Scala de Milan », raconte la jeune femme dans un éclat de rire. « J’en suis très fière, car ce corps de ballet ne comporte que très peu d’étrangers. » Le 10 novembre prochain, les seniors iront la voir danser Le lac des cygnes au Palais des Congrès. Un grand moment pour eux, mais aussi pour la danseuse attachée à Sevran où elle a grandi, où demeurent toujours ses parents et son amie d’enfance. « Je danserai pour eux  ! Dites-leur que pour me reconnaître, je serais l’un des 4 petits cygnes attachés par les mains à la danseuse étoile. C’est une superbe chorégraphie connue dans le monde entier ! Je serais particulièrement fière de danser devant tous ces Sevranais, mais aussi mes amis, mes parents et mes enfants qui, tant qu’ils sont petits, me suivent dans mes tournées autour du monde ».

lire aussi

La semaine des Droits des Femmes 2017

Du 4 au 12 mars, retrouvez dans toute la ville des animations célébrant la 107e Journée Internationale des Droits des Femmes

Archères de hautes volées

Rencontre avec Françoise et Christine, adversaires sur le pas de tir mais meilleures amies du monde dans la vie.

Si c'est une fille....rencontre avec Madoray

Dans son spectacle « Si c’est une fille… et autres histoires », la metteure en scène Madoray égraine des tranches de vie à partir de souvenirs collectés auprès de personnes âgées.

Rencontre avec Anne-Marie Mansuy, auteure sevranaise

Son troisième livre « Ma ville brûle », s’inspire partiellement de personnages et de faits réels qui ont jalonné la carrière de cette ex-psychologue scolaire, sevranaise d’adoption

Nathalie Jérôme : une artiste à la médiathèque

Bibliothécaire le jour et artiste la nuit