Skip to Content

Sports 21/03/2019

Tir à l’arc : Maeva & Compagnie

 Championne départementale de tir à l’arc, Maeva Clamens ne jure que par son sport et, à seize ans, l’enseigne désormais à des enfants et adultes.

© DR

 Une encoche de plus sur son jeune palmarès, Maeva Clamens est la nouvelle championne départementale 2019 cadette de tir à l’arc en salle, à 18 mètres. Ce talent de la 1ère Compagnie d’arc de Sevran avait signé sa performance avec maîtrise et détermination en janvier dernier à Aulnay-sous-Bois. Comme d’habitude, diront ses amis Kelly Lévèque et Etienne Page-Prieur, deuxièmes dans cette compétition en catégorie junior. Maeva compte donc un petit trait d’avance sur eux, mais pas de quoi lui faire prendre le melon. A seize ans elle croque avec grand appétit dans son sport, qu’elle a découvert à l’âge de dix ans dans ce club à l’esprit familial. « Je débordais d’énergie en classe et le tir à l’arc m’a aidé à la canaliser car j’y ai appris à me concentrer », explique la lycéenne en première S à Blaise-Cendrars. Du coup ses résultats scolaires ont monté en flèche, au diapason de ses performances sur cibles. 


Assistante-entraîneuse 
Depuis, cette ex-stressée promène sur le pas de tir avenue André-Rousseau la zénitude d’un yogi hindou. « Je m’entraîne deux fois par semaine, deux heures au minimum et je trouve que c’est suffisant pour le moment », assure-t-elle. Surtout qu’elle ne se contente pas de tendre la corde de son arc. Celle qui fut également championne départementale de tir traditionnel Beursault en 2014 a bouclé une formation d’assistante-entraîneuse bénévole. L’arme fatale pour aborder une autre facette de son sport, l’enseignement. Elle coache quatre débutants, dont un adulte. « Après avoir beaucoup appris des autres, je veux transmettre maintenant tout ce que j’ai reçu », explique-t-elle. Elle s’y révèle, là aussi, excellente pédagogue. Chez les Clamens, le tir à l’arc est une affaire de famille. Elena, sa soeur cadette, figure parmi les espoirs de la compagnie. « Elle est plus douée que moi », affirme Maeva en souriant. Leur papa vient juste de raccrocher le carquois. Quand elle ne tire pas, Maeva tient les rênes des poneys au parc de la Poudrerie. Récemment elle s’est essayée au tir à l’arc à cheval. Exercice concluant même s’il lui reste encore du chemin à parcourir avant d’égaler la dextérité des cavaliers-guerriers des steppes de Mongolie.



1ère Compagnie d’arc : 06 31 46 22 42