Skip to Content

Westinghouse/Kodak : d’un site industriel à un site dépollué

Passé industriel
L’usine Westinghouse a été édifiée sur 5 hectares de terrains issus de la forêt de Bondy acquis en 1892 pour y conduire son activité de fabrication de freins ferroviaires. La société Westinghouse céda la place en 1915 à la compagnie des freins, puis à la compagnie des signaux en 1937 et enfin à Wabco Westinghouse en 1973. La décision de transférer les activités du site à Amiens conduisit à une fermeture totale du site en 1997. De nombreux Sevranais se sont ainsi retrouvés au chômage et le quartier Freinville y a perdu de son dynamisme. Aujourd’hui, environ 4 hectares du site original restent en friche : il s’agit de la partie dont est devenue propriétaire la société Brownfields et la partie dite Setimo acquise par la ville. Depuis novembre 2009, les grues procèdent au « grignotage » des bâtiments tandis que l'opération de désamiantage se poursuit pour préparer la reconversion du site.

 

Friches polluées
Une grande partie du site est laissée à l'abandon. Très rapidement après la fin des activités, des inquiétudes apparaissent quant à une pollution possible des terrains. Des études environnementales réalisées entre 2004 et 2008 ont montré que les terrains Westinghouse présentaient une pollution importante des sols et des eaux souterraines, notamment aux hydrocarbures, aux métaux lourds et au trichloréthylène. Mais des analyses réalisées à l'extérieur du site sont rassurantes : la pollution n'aurait pas encore migré (y compris sur le terrain de la Sablière), grâce à la nature du sous-sol qui rend la nappe peu mobile. Les coûts de dépollution des deux sites estimés aujourd’hui dépassent les 6 millions d'euros (démolition et désamiantage inclus). Pour le site reconnu comme installation classée, ces coûts sont à la charge du dernier exploitant et la dépollution est encadrée par l’Etat. Pour le site Setimo, c'est à la ville de les prendre en compte dans tout projet de reconversion.

 Revenir au sommaire